SENTINELLES FDLM 2013

En 2013, le projet des Sentinelles a retenu l’attention du jury lors du concours « à vous de jouer ». La ville de Genève attendait des projets originaux capables d’animer un emplacement de la fête de la musique pendant un à trois jours. Nous avions collaboré avec la société 42(prod) et proposé une installation musicale, visuelle et interactive qui se voulait novatrice et ludique. Nous nous sommes retrouvés lauréats du concours.! Nous allions donc pouvoir réaliser et présenter notre projet sur le magnifique parvis de la cathédrale de Saint-Pierre, trois jours durant. (Du 21 au 23 juin)

Voici une vidéo interview (image 1) qui explique tout le projet. La courte vidéo (image 2), montée sur le vif, démontre la solidité des sentinelles prises dans un ouragan genevois…


Pour les timides qu’une harpe impressionne de sa superbe, il aura fallu faire un petit effort pour s’approcher de nos trois Sentinelles – instruments de musique électronique géants aux allures de monolithes… imposants! Heureusement, elles ont la musique humble et chacun a eu tôt fait de comprendre que ni la taille ni le solfège ne lui seraient très utiles pour en tirer de mélodiques plaisirs. C’était en tout cas notre invitation pour le week-end de la Fête de la Musique 2013.

Réagissant aux contacts des mains, sons et couches harmoniques se mettent à palpiter dans l’air en simultanéité interactive avec de puissants jeux d’éclairages, et on pouvait s’y mettre à six, découvrant assez vite la possibilité de créer, par synergie, des textures sonores qui n’existaient pas sans la rencontre – on vous laisse cogiter sur la dimension philosophique de la chose… D’apparence simple et basique, il ne s’agit cependant pas d’un petit bricolage de dernière minute, car il a fallu imaginer qu’aux mouvements hasardeux et chaotiques des humaines inspirations, le système assurait une organisation des accords harmonieuse, évitant de faire la grimace et de faire fuir les gens alentours, ce qui constitue un véritable tour de force – merci Oxsa! Sans compter que chacun pouvait également mettre ce potentiel au profit de son sens musical et réaliser de vraies improvisations originales.

Le cadre aura sans doute joué en la faveur de ces impressions puisque les trois colonnes se trouvaient devant le magnifique parvis de la Cathédrale de Genève. Nous espérons vivement les faire voyager! Né d’une collision d’idées entre nos cerveaux et ceux de 42(prod), et réalisé en collaboration avec notre talentueux associé suscité Oxsa, ce prétexte musical et visuel mériterait sans doute d’aller voir un peu du pays.

On les nomme Sentinelles, parce qu’elles sont gardiennes d’harmonies secrètes. En leur ventre, des notes attendent de voir le jour. Des inconnus, en se laissant séduire par leur aura viennent poser leurs mains à leur surface et produisent d’étonnantes créations improvisées!

Ce projet s’inscrit dans notre recherche de nouvelles interfaces homme-machine. On voulait faire parler une plante. On s’est retrouvé à faire chanter des pyramides. Trois grandes tours capables de produire de la musique et des jeux de lumière. Ça a commencé par des plans 3D et de la programmation. On est passé au bricolage, des toutes petites pièces aux grosses. La structure, posée en extérieur, nécessitait d’être assez robuste pour résister aux intempéries et de protéger les parties délicates du matériel. On tenait autant au côté esthétique qu’à leur taille. Et on voulait faire interagir les gens, que ce soit accessible à tout le monde.

L’installation consiste en trois grandes tours de 5 mètres, blanches et biseautées. Penchées l’une vers l’autre, pour installer une ambiance étrange, l’impression qu’elles pourraient être en train de tomber. Chacune contient au sommet un spot multidirectionnel projetant un puissant faisceaux coloré. Ces jets lumineux réagissent aux sons produits. Sur les deux côtés, on voit 4 plaques de métal: ce sont des zones tactiles conductrices de courant à très bas voltage. Ce courant, déclenché par le contact des mains, donne l’impulsion à des sons électroniques émis sur un système de sonorisation. Chaque tour a un rôle particulier, et elles sont toutes en interaction dynamique: elles s’influencent mutuellement.

Oxsa a créé les contenus musicaux et organisé toute la logistique électronique qui permet aux plaques de devenir des commandes et d’interagir entre elles. Il a mis en place les ensembles harmoniques et organisé avec nous les réseaux électriques. Chaque tour incarne une des trois dimensions principales de la musique: le rythme, la tonalité et le timbre des sons. Grâce à l’élaboration du système qui régule automatiquement la tonalité des accords, les sons restent toujours harmonieux: les dissonances sont impossibles.

Nous voyons les Sentinelles comme d’immenses instruments électroniques. Elles sont destinées à l’éclosion de morceaux uniques et éphémères, et qui ne peuvent être créés qu’à plusieurs. Notre challenge consiste à mener des gens qui ne se connaissent pas et qui ne sont pas forcément musiciens à faire de la musique ensemble! L’installation peut accueillir six personnes en même temps, et chaque action d’un joueur va influencer celles des autres. Après un temps de familiarisation, chacun découvre les possibilités de son jeu. Le but, c’est de réussir à créer un morceau sur le vif qui demande à chacun de porter une oreille attentive aux productions du voisin. Certains découvrent des stratégies: comme de commencer par poser un rythme avant les accords et la mélodie. Les résultats sont parfois étonnants!

Inaugurées à Genève en 2013, Les Sentinelles sont faites pour voyager et animer les festivals de tous les continents. Le succès de cette première expérience leur a donné des ailes! Ne reste plus qu’à les déployer et partir à la conquête de leur public!


 

INSTALLATION

VIDEO

  • Production: Studio Corium
  • Images, étalonnage: Catherine Baroni
  • Montage: Boris Dunand